skip to Main Content
Photographe portraits et reportages pour les entreprises en Auvergne Rhône-Alpes : 06 08 68 89 89

A propos de ce projet

Photographe de chantier à Lyon

J’ai été contacté pour intervenir en tant que photographe de chantier à Lyon. J’étais déjà intervenu en banlieue lyonnaise, dans la commune de Genas, en tant que photographe de chantier près de Lyon.

Cette fois, mon client était une société spécialisée dans le coffrage et l’étaiement. Il s’agissait donc pour moi de photographier du matériel dans un contexte d’utilisation réelle. Objectif pas forcément évident, en raison des arrière-plans encombrés, et autres détails non désirables. J’avais quand même l’avantage de recevoir pour ce reportage de chantier, un cahier des charges précis, ce qui est toujours un plus. Une autre chose importante facilitait ma mission : j’étais accompagné par le technicien bureau d’études en charge de ce site. Ainsi, ce dernier a pu m’orienter dans le dédale des étages en construction. Il a également accepté de servir de modèle dans certaines mises en scène. Pour des raisons de confidentialité, cette page ne rassemble que des vues extérieures du chantier.

La To-Lyon

L’histoire de cette tour lyonnaise du quartier de la Part Dieu est assez atypique. En effet, le projet prévoyait initialement deux tours. D’où son nom, qui a été légèrement modifié (Two devenant To) lorsqu’il a été décidé de n’ériger qu’un seul building. Cependant, si une deuxième tour identique n’est plus à l’ordre du jour, l’immense superficie du périmètre du projet a permis la construction d’un second bâtiment. Plus modeste en hauteur, celui-ci abritera un hôtel de luxe. L’opérateur de ce chantier est Vinci, et le client final s’appelle Apicil.

Photographe sur la construction d’un gratte ciel

J’ai été ravi de découvrir ce chantier titanesque, et d’en savoir un peu plus sur la construction d’une tour. Même pour les entreprises impliquées, les gratte-ciel restent des projets à part. J’ai d’ailleurs cru comprendre qu’un nombre limité d’équipes était en mesure de les mener à bien. Ici, elles étaient deux à œuvrer en parallèle. Une sur le « noyau » de la tour, dans lequel se trouveront notamment ascenseurs et escaliers. L’autre sur l’étage en lui-même, jusqu’aux limites des fenêtres extérieures.

Ce sont donc deux chantiers en un, conduits de concert, dont l’avancée respective constitue un facteur critique. En effet, organiser les opérations d’un chantier aussi titanesque revient surtout à gérer d’innombrables questions logistiques. Par exemple, les voies d’accès définitives n’étant pas encore en service, plusieurs ascenseurs sont mis en oeuvre à l’extérieur du bâtiment. Ceux-ci sont pilotés par des opérateurs répartis sur différents étage. Quand au transport des matériaux et matériels, celui-ci dépend d’une unique grue, arrimée au bâtiment. Surélevée régulièrement pour dépasser la hauteur totale du building, elle alimente des plateformes de déchargement suspendues dans le vide sur les derniers étages.

Back To Top